Logo du site La Chirurgie Gynécologique et Mammaire de Charente

 

 

 

 

 


CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONISATION:

 

 

 

 

 

 

Définition

Indications

Modalités

En pratique

Déroulement

Post-opératoire

Signes d'alerte
Avantages, inconvénients et risques

 

Anatomie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

 

 

Mise à jour: 13 Avril, 2014

 

 

Les différentes interventions chirurgicales gynécologiques

CONISATION DU COL DE L'UTERUS

 

En pratique

Chirurgie dite en ambulatoire, entrée et sortie le jour même (vous devez être accompagnée et ne pas rester seule la nuit).
Etre à jeûn depuis la veille, minuit.

Signes d'Alerte

Saignements normaux durant 10 jours environs
Si saignements importants
> Contacter votre chirurgien .

Ne pas oublier

Votre dossier d'hospitalisation
Vos papiers administratifs (carte vitale, mutuelle, identité)
Protections périodiques pour votre sortie.

FacebookTwitterGoogle+ Youtube

 

Définition

La conisation est une intervention qui consiste à enlever chirurgicalement, une partie du col de l'utérus.

Schéma d'une conisation

Haut de page
Indications

La conisation est réalisée en cas d'anomalies prouvées ou suspectées du col de l'utérus appelées dysplasies cervicales.
La dyspalsie cervicale est une transformation des cellules du col de l'utérus souvent induite par un virus appelé Human Papilloma Virus (HPV), et qui présente un facteur de risque de transformation vers un cancer du col de l'utérus au bout de plusieurs années.

La dysplasie est souvent suspectée par le frottis cervical ou par l'examen clinique. Elle est localisée grâce à la colposcopie (examen au microscope du col avec application de colorants spéciaux) et le diagnostic est confirmé par la biopsie du col.

La conisation a deux buts principaux:
- Diagnostique: elle confirme le type exacte de lésion du col et précise son étendue
- Thérapeutique: si l'ablation est compléte lors de l'étude anatomopathologique de la pièce enlevée, la conisation fait le traitement de la lésion pour empécher son évolution vers le cancer.

Mais la surveillance régulière sera OBLIGATOIRE pour éviter une récidive!
Haut de page
Modalités

La consiation est une intervention qui s'effectue par les voies naturelles, en accedent au col par le vagin.

Elle est réalisée à l'aide d'un bistouri électrique ou d'une anse spéciale, du laser ou d'un bistouri classique.

Table pour conisation Anse Générateur
Table préparée pour une conisation Anse diathermique Générateur électrique

 

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale, sous anesthésie loco-régionale ou sous anesthésie locale.

La position est dite « gynécologique », c’est à dire allongée, les jambes remontées et écartées.
Le chirurgien est situé entre les jambes de la patiente, en position assise.

Haut de page
En pratique

Lors de l’organisation de votre intervention, une consultation d’anesthésie est programmée, elle est indispensable et aura lieu, au minimum, 48 heures avant.

Lors de cette consultation, le médecin anesthésiste fait le point avec vous sur les modalités d’anesthésie (anesthésie générale, ou locorégionale), vérifie la faisabilité, évalue les risques et vous prescrit un bilan sanguin pour vérifier sa normalité, si nécessaire.

 

Lors de votre consultation, un dossier administratif dit de « pré-admission » sera effectué pour éviter trop de formalités lors de votre hospitalisation. Pour cela, il vous sera demandé de fournir votre identité, votre carte vitale, votre carte mutuelle, et le dossier préparé lors de l’organisation de votre intervention par votre chirurgien et sa secrétaire.

 

Il n’est pas nécessaire d’effectuer un champ opératoire, c’est à dire une épilation du site chirurgical, dans la quasi totalité des cas.

 

L’intervention est le plus souvent faite en « ambulatoire », c’est à dire que vous rentrez le matin et ressortez le jour même de l’intervention.

Il est nécessaire de se faire emmener puis rechercher, et vous ne devez pas être seule la nuit qui suit l’intervention (il doit y avoir quelqu'un majeur prêt de vous).

Dans certain cas, si c’est conditions ne peuvent être remplies, vous pourrez être hospitalisé la nuit suivante, ou les nuits avant et après l’intervention.

 

Vous devez être impérativement à jeun depuis minuit la veille, c’est à dire sans manger, ni boire, ni fumer. Certains médicaments peuvent être pris selon les recommandations de l’anesthésiste uniquement.

Votre hospitalisation nécessite que vous apportiez vos affaires, et une protection périodique pour la sortie (pas de tampon).
Il est recommandé de ne pas apporter trop d’objets de valeur…

Haut de page
Déroulement

Avant de partir au bloc opératoire, votre dossier est recontrôlé par l’équipe soignante.

Souvent un médicament vous est donné (prescrit par le médecin anesthésiste) pour vous « relaxé », c’est la pré-médication.
Un brancardier vous emmène au bloc opératoire.

Avant de commencer l’intervention, une perfusion sera posée (petit tuyau dans une veine pour passer les médicaments nécessaires à votre anesthésie et à votre intervention).
Votre dossier est à nouveau vérifié et l’équipe chirurgicale vous posera à nouveau des questions sur votre identité, le type de chirurgie prévue, … c’est la « check-list » mise en place pour améliorer votre sécurité, c’est la même partout en France.
Vous serez installé dans la salle d’intervention, et commencera votre anesthésie.

Durée de l’intervention : environ 20 à 30 minutes

Après l’intervention : Le cathéter de la perfusion est laissé en place s’il y avait besoin de passer des médicaments directement dans la veine.
Juste après l’intervention, vous séjournerez en salle de réveil durant deux heures environ, puis un brancardier vous ramènera dans votre chambre.
Rarement, une mêche vaginale (comme un tampon) est mise en place pour quelques heures.
Des antalgiques (calmants) sont prescrits si besoin, mais la conisation est une intervention souvent indolore.
La reprise de l’alimentation se fait rapidement avant votre sortie, c’est une collation pour ne pas repartir à jeûn.

Durée d’hospitalisation : souvent une demi-journée.

A votre sortie, vous passerez par le service administratif, qui clôturera votre dossier administratif et vous remettra différents documents, dont un bulletin d’hospitalisation important à conserver.

Haut de page
Post-opératoire

Suites normales :
Il existe souvent des petits saignements. Ils sont variables mais durent souvent jusqu'à 10 jours en moyenne.
Des pertes vaginales (leucorrhées) variables, existent souvent le premier mois. Elles sont dûes à la cicatrisation du col, car le vagin est un milieu humide. Elles peuvent prendre des aspects variables aussi.

Consignes :
A votre retour, il est conseillé de se reposer, manger normalement mais plutôt léger, et surtout ne pas prendre d’alcool ni de médicaments non prescrits ou ignorés par votre chirurgien ou anesthésiste (à cause de l’anesthésie que vous avez eu).
Vous ne devez pas rester seule.
Les rapports sexuels, les bains et la piscine, et l'utilisation de tampons vaginaux sont déconseillés durant un mois. La douche est bien sûr autorisée.

Arret de travail :
Il n’est pas toujours nécessaire.
Si cela devait être le cas, il vous est remis à la sortie ou avant par votre chirurgien.
La durée moyenne est de 2 à 3 jours.

Visite post-opératoire :
Elle est souvent effectuée avec votre gynécologue habituel, ou votre chirurgien dans certains cas, entre 8 jours et un mois.
Elle a pour but de vérifier la cicatrisation du col, la qualité de la surveillance future et surtout de vous annoncer les résultats de l'analyse effectuée sur la partie du col enlevée.

Haut de page
Signes d'alerte

La conisation est une intervention bien souvent simple, dont les suites sont peu génantes.

Le risque le plus important, pouvant toucher environ 3% des patientes, est l'hémorragie secondaire.
Celle-ci surveint dans les 10 jours de l'intervention et correspond à la chute d'escarre. La cicatrisation forme une "coque" de tissu sur le site opératoire, celle-ci se détruit au fur et à mesure. Mais dans de rares cas, lors de cette destruction, un vaisseau peut se mettre à saigner plus que de normal.

Haut de page
Avantages, inconvénients et risques

Avantages
Permet le diagnostic et le traitement, simplement, de lésions pouvant évoluer vers un cancer plus grave.

Inconvénients
Il n'existe aucune conséquence sur votre vie quotidienne et personnelle.
Les inconvénients sont minimes, en dehors des risques mentionnés. Il n'existe , entre autre, aucune modification de la qualité de votre vie sexuelle.
Dans certains rares cas, une conisation peut géner certains gestes futurs comme une biospie de l'interieur de l'utérus (biospsie de l'endomètre) ou comme la pose d'un stérilet.

Risques
L'hémorragie: Elle surveint dans les 10 jours post-opératoires. Elle est peu fréquente.
Elle peut nécessiter la mise en place d'un tamponnement par une mêche vaginale (tampon), voire une reprise au bloc opératoire pour coaguler ou suturer la zone qui saigne. De façon exceptionnelle, une transfusion pour compenser les saignements, peut être nécessaire.

La sténose du col: c'est le retrécissement du canal du col restant qui s'effectue à distance de l'intervention. Elle peut nécessiter execptionnellement une nouvelle intervention pour "dilater" le canal. Elle peut géner ou empécher les règles de s'écouler ou rendre la surveillance du col difficile et donc nuire à la qualité des frottis de surveillance. Elle peut aussi, plus rarement encore, entrainer des difficultés pour obtenir une grossesse ou géner l'ouverture du col au moment de l'accouchement.

Le risque de fausse-couche et d'accouchement prématuré: Il existe un risque légèrement augmenté de fausse couche spontanée et d'accouchement prématuré après conisation. Cette éventualité pourra conduire à maintenir un repos plus précoce et plus rigoureux lors d'une grossesse future. Cette situation peut aussi amener votre chirurgien et votre obstétricien, à discuter un cerclage du col (fermeture complémentaire par un moyen mécanique) pendant une grossesse.

L'exérèse incomplète: L'analyse secondaire de la pièce opératoire peut mettre en évidence des lésions étendues et qui ne sont pas enlevées totalement, justifiant ainsi une autre intervention.

La surveillance: Elle est indispensable pour dépister une éventuelle récidive, car ces transformations du col sont induites souvent par un virus HPV. Celui-ci n'est pas traitable et peut recommencer à perturber les cellules du col qui restent après la conisation. La surveillance est clinique, et cytologique par le frottis cervical.
Le premier contrôle du frottis est effectué entre 4 - 6 mois, puis tous les 6 mois pendant deux ans au total, puis de façon annuelle, pendant 3 ans . A l'issue, une reprise de la surveillance "classique" est instaurée (tous les deux à trois ans pour le frottis, et une consultation gynécologique annuelle).


L'intervention nécessite également une anesthésie qui comporte ses propres risques, l'anesthésiste vous en parlera lors de la consultation pré-anesthésie.

Fiche du CNGOF

 

Envoyer cette page à un ami

Imprimer cette page

Auteur: Dr Gauthier D'HALLUIN
Mise en page: 15 Septembre, 2012
Mise à jour: 26 Avril, 2013