Logo du site La Chirurgie Gynécologique et Mammaire de Charente

 

 

 

 

 

 


CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE

 

 

LASER DU COL:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Définition

Indications

Modalités

En pratique

Déroulement

Post-opératoire

Signes d'alerte
Avantages, inconvénients et risques

 

Anatomie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

 

 

Mise à jour: 13 Avril, 2014

 

 

Les différentes interventions chirurgicales gynécologiques

LASER DU COL DE L'UTERUS

 

En pratique

Soin effectué en externe le plus souvent

Signes d'Alerte

Intervention sans réel signe d'alerte secondaire

Ne pas oublier

Protections périodiques

FacebookTwitterGoogle+ Youtube

 

Définition

La vaporisation laser du col est une intervention qui permet de détruire la surface externe du col de l'utérus, grâce à un faisseau laser. La partie détruite est porteuse d'une anomalie cellulaire du col, appelée dysplasie cervicale.

La dyspalsie cervicale est une transformation des cellules du col de l'utérus souvent induite par un virus appelé Human Papilloma Virus (HPV), et qui présente un facteur de risque de transformation vers un cancer du col de l'utérus au bout de plusieurs années.

La dysplasie est souvent suspectée par le frottis cervical ou par l'examen clinique. Elle est localisée grâce à la colposcopie (examen au microscope du col avec application de colorants spéciaux) et le diagnostic est confirmé par la biopsie du col.

Haut de page
Indications

La vaporisation laser est indiquée dans:
- la dysplasie cervical minime (avant la conisation)
- les condylomes du col utérin ("verrues" génitales)
- lorsque le col est trés inflammatoire (ectropion) et sécréte beaucoup de pertes (sans qu'il présente forcément des anomalies de cellules).

Cette intervention ne fait que détruire le tissu malade, en espérant que le tissu régénéré sera sain. Elle ne permet pas de faire analyser un tissu enlevé (contrairement à la conisation). Mais les indications sont différentes.


Haut de page
Modalités

La vaporisation laser est une intervention qui s'effectue par les voies naturelles, en accedent au col par le vagin, grâce à un spéculum, comme en consultation gynécologique.

Elle est réalisée à l'aide d'un laser, dont la puissance utilisée varie entre 10 à 20 Watts.

L'intervention est réalisée sans anesthésie ou trés rarement sous anesthésie générale, sous anesthésie loco-régionale.

La position est dite « gynécologique », c’est à dire allongée, les jambes remontées et écartées.
Le chirurgien est situé entre les jambes de la patiente, en position assise.

Le laser est positionné sur un colposcope (microscope spécial qui permet de regarder le col utérin en fort grossissement).
Il est associé à un aspirateur, car son fonctionnement entraine une vapeur qui empéche de visualiser précisement le col.

Les règles de sécurités d'utilisation du laser obligent le port de lunettes spéciales et d'un masque durant l'intervention.

Haut de page
En pratique

La programmation de votre intervention est effectuée par votre chirurgien.
Un rendez-vous est fixé aux soins externes, entrée située sur le côté latéral droit de la clinique, au même niveau que le scanner.

Vous vous présentez à l'accueil, qui enregistrera votre dossier (pensez à emporter votre carte vitale et mutuelle), puis vous serez dirigée en salle d'attente.
Une infirmière viendra vous chercher et vous installera dans la pièce spécifique.
Il n’est pas nécessaire d’effectuer un champ opératoire, c’est à dire une épilation du site chirurgical, dans la quasi totalité des cas.

Haut de page
Déroulement

Il sera nécessaire de vous deshabiller (juste le bas) et l'installation se fera sur une table dite de gynécologie (comme en consultation).

Avant de commencer l’intervention, le matériel est installé en 5 à 10 minutes.

Durée de l’intervention : environ 15 à 20 minutes

L'intervention est réalisée sans anesthésie et reste parfaitement supportée dans la quasi-totalité des cas. Des petites douleurs de règle peuvent exister lorsque le chirurgien traite la partie de l'orifice du canal du col.

Après l’intervention : Vous pouvez quitter l'établissement dès la fin du geste. Votre chirurgien effectuera les formailtés administratives avec vous.

Haut de page
Post-opératoire

Les suites de la vaporisation sont indolores.
Il n'y a aucune restriction alimentaire ou d'hygiène, seuls

Suites normales :
Il existe rarements des petits saignements. Ils sont variables mais durent souvent jusqu'à 10 jours en moyenne.
Des pertes vaginales (leucorrhées) variables, existent souvent. Elles sont dûes à la cicatrisation du col, car le vagin est un milieu humide. Elles peuvent prendre des aspects variables aussi.

Consignes :
A votre retour, vous reprenez une vie normale immédiatement.
Les rapports sexuels, les bains et la piscine, et l'utilisation de tampons vaginaux sont déconseillés durant 15 jours. La douche est bien sûr autorisée.

Arret de travail :
Il n’est pas nécessaire.

Visite post-opératoire :
Elle est souvent effectuée avec votre gynécologue habituel, ou votre chirurgien dans certains cas, entre 8 jours et un mois.
Elle a pour but de vérifier la cicatrisation du col, la qualité de la surveillance future.

 

Haut de page
Signes d'alerte

Il n'existe aucun problème généralement.
Des douleurs inexpliquées importantes, de la fièvre inexpliquée ou des saignements importants, peuvent vous amener à consulter

 

Haut de page
Avantages, inconvénients et risques

Avantages
Permet le traitement simple, rapide et sans anesthésie de lésions pouvant évoluer vers un cancer plus grave.
Pour les ectropions, la vaporisation permet dans prés de la moitié des cas, d'améliorer les pertes génantes.

Inconvénients
Il n'existe aucune conséquence sur votre vie quotidienne et personnelle.
L'inconvénient principal réside dans le fait que la vaporisation détruit des tissus sans que l'on puisse analyser ceux-ci, d'où l'importance de la surveillance secondaire.

Risques
La rédicive: c'est le seul risque de cette technique, ce qui la réserve à des formes minimes et impose la surveillance secondaire.

Dans de rares cas, et accidentellement, le laser peut "brûler" le vagin ou la vulve.

La surveillance: Pour la dysplasie cervicale: Elle est indispensable pour dépister une éventuelle récidive, car ces transformations du col sont induites souvent par un virus HPV. Celui-ci n'est pas traitable et peut recommencer à perturber les cellules du col qui restent après la vaporisation. La surveillance est clinique, et cytologique par le frottis cervical.
Le premier contrôle du frottis est effectué entre 4 - 6 mois, puis tous les 6 mois pendant deux ans au total, puis de façon annuelle, pendant 3 ans . A l'issue, une reprise de la surveillance "classique" est instaurée (tous les deux à trois ans pour le frottis, et une consultation gynécologique annuelle).


Envoyer cette page à un ami

Imprimer cette page

 

Auteur: Dr Gauthier D'HALLUIN
Mise en page: 15 Septembre, 2012
Mise à jour: 20 Septembre, 2012